Accueil d’Enfants France Ukraine

Association Humanitaire

Membre de la Fédération Échanges France Ukraine

Qu’est ce que L’AEFU?

Accueil d’Enfants France Ukraine (AEFU) – Association humanitaire est une association déclarée à la SousPréfecture de Saint-Germain-en-Laye et dont le siège social est à la Mairie de VERNEUIL SUR SEINE (Yvelines). Créée d’abord, en janvier 1999, sous la forme d’un Comité humanitaire communal, elle est devenue le 30 mars 2001, sous le nom de Comité d’Action Humanitaire Orphelins d’Ukraine (CAHOU) une association loi 1901 sans limite territoriale. Le 25 juin 2020, elle a pris le nom plus explicite d’Accueil d’Enfants France Ukraine (AEFU)


Son financement est assuré par des subventions publiques, des dons de particuliers, d’associations et d’entreprises et des produits de manifestations (spectacles, vente d’objets d’artisanat ukrainien, expositions, tombolas, etc.).


Accueil d’Enfants France Ukraine (AEFU) a adhéré en avril 2001, sous le nom de CAHOU, à la Fédération Echanges France Ukraine (FEFU), dont le siège social se trouve à la mairie de LA SOUTERRAINE (23300), et son président est devenu en mai 2004 le responsable de la Branche humanitaire de cette Fédération. Depuis septembre 2007, il en partage également la coprésidence avec le responsable de la Branche coopération.

Pourquoi l’Ukraine?

Parce que ce pays ajoute à des difficultés économiques plus graves que celles de la plupart des autres pays de l’Europe de l’Est, les conséquences de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl.

La catastrophe nucléaire s’est produite en avril 1986 et l’on estime au minimum à 10.000 le nombre des décès dus à la contamination par le nuage radioactif, dont le volume était très supérieur à celui dégagé par la bombe d’Hiroshima. Jusqu’en 2018, date de l’installation du nouveau « sarcophage » construit grâce à l’aide internationale, des radionucléides s’échappaient des fissures de l’ancien « sarcophage » construit sur le réacteur pour une durée
d’exploitation de 15 ans. Néanmoins, des milliers de personnes vivent toujours ou travaillent dans la zone d’exclusion de 30 km autour de la centrale, évacuée après l’explosion, et où l’on mesure toujours un niveau très élevé de radiation. Le réacteur n° 4 situé
dans le bâtiment qui jouxte le sarcophage n’a été arrêté qu’en décembre 2000.

L’économie ukrainienne a connu pendant les dix premières années de son indépendance, intervenue en 1991, une récession sans précédent, avec une baisse de 60% de son Produit Intérieur Brut. Naguère grande puissance agricole, grenier à blé et ferme d’élevage de l’URSS, l’Ukraine a vu sa production agricole se réduire de plus d’un quart. Quant à sa production industrielle, surtout concentrée dans les secteurs lourds (sidérurgie, métallurgie,
armement), elle s’est effondrée, baissant de près de 70% en huit ans. Enfin, sa production d’énergie électrique, fortement dépendante du nucléaire, et en particulier de Tchernobyl, a diminué de plus de 50%. Le redressement de l’économie, amorcé dans la décennie suivante, encore fragile et insuffisant pour compenser le retard accumulé et faire face à l’immensité des besoins, a été de nouveau stoppé par la crise financière mondiale de 2008 et depuis 2014 par la guerre dans le Donbass (13.000 morts et 1,6 million de réfugiés).

église ukraine

Les Orphelinats/Internats

salle de bain orphelinat
gymnase ukraine

Parce que l’une des conséquences de la double catastrophe nucléaire et économique subie par l’Ukraine est le grand nombre d’orphelins, d’enfants abandonnés ou placés dans des écoles-internats par la Justice ou par leur famille nécessiteuse. Des milliers d’enfants peuplent la centaine d’orphelinats des régions proches de Tchernobyl (provinces de Kiev, Zhytomyr et Tchernihiv).

Souvent surpeuplés, vétustes et sans entretien depuis des décennies, ces internats étaient jusqu’en 2004 maigrement financés par l’Etat, qui ne prenait en charge que les frais de logement, la nourriture et les salaires du personnel et laissait à l’ingéniosité des directeurs tous les autres frais (certains n’ont pas acheté de vêtements pendant 10 ans). Les infirmeries étant généralement vides de médicaments, la seule ressource en cas de maladie était l’hospitalisation, à condition de pouvoir payer le transport jusqu’à l’hôpital et d’y apporter quotidiennement la  nourriture de l’enfant.

Cette situation n’a pas disparu, mais elle s’améliore depuis quelques années. Un intérêt nouveau pour les orphelins est apparu, qui nécessite évidemment du temps pour se concrétiser. Une nouvelle orientation d’organisation sociale, proche de celle des pays de l’Union européenne, est lancée, qui privilégie le placement des orphelins en famille d’accueil ou dans des maisons familiales de moins de 30 enfants, avec scolarisation normale. D’importants moyens financiers doivent être trouvés pour réaliser cet objectif et les sponsors étrangers sont les bienvenus.

Pourquoi des séjours en France?

L’association propose à des familles adhérentes et agréées par son Bureau de recevoir l’été pendant un, deux ou trois mois et, éventuellement, à Noël pendant un mois, des enfants orphelins ou nécessiteux des régions proches de
Tchernobyl (provinces de Kiev, Zhytomyr et Tchernihiv). L’association s’appuie sur la Fédération Echanges France Ukraine (FEFU) et son partenaire, l’association ukrainienne « L’éléphant blanc », pour les formalités administratives et les transports en Ukraine, le voyage et l’accompagnement en avion et l’assurance médicale.

Ces séjours en France ne constituent pas l’objectif de l’association : ils n’en sont que le principal moyen d’action. En fait, à travers les séjours en France, Accueil d’Enfants France Ukraine poursuit quatre objectifs :

  • Améliorer la santé des enfants
  • Faciliter le parrainage
  • Améliorer les conditions de vie des enfants
  • Faciliter la formation scolaire et professionnelle des enfants

Témoignages

En apprendre davantage